6 juin 2019 : 75ème anniversaire du Débarquement des troupes alliées en Normandie

Il y a 75 ans les troupes alliées débarquaient avec plus de 150.000 hommes sur les plages normandes dans la nuit du 5 au 6 juin: la bataille de Normandie démarra. Ce fut la première étape pour libérer la France et l’Europe de l’occupation allemande.

Programme des commémorations du D-Day

De nombreuses commémorations sont au programme pour célébrer cet anniversaire.
Une cérémonie commémorative internationale réunira le 6 juin de nombreux chefs d’Etat du monde entier et quelques-uns des vétérans encore vivants. Pour la dernière grande commémoration en 2014 Barack Obama, la famille royale d’Angleterre, Vladimir Poutine, Angela Merkel, …. étaient venus en Normandie.

Un Forum « Normandie pour la Paix » organise des conférences et des ateliers débat afin de promouvoir les valeurs de liberté et de paix auprès du grand public.

Des festivités sont programmées tout le mois de juin : feux d’artifices géants, pique-niques sur la plage, bals de la libération, concerts, parades, expositions des véhicules militaires, ateliers, …

Un bref cours d’histoire

Après l’attaque de l’URSS par les Allemands en juin 1941 suivie par une réduction des forces militaires de la Wehrmacht sur le front ouest et l’entrée des Etats-Unis en guerre en décembre 1941, Hitler craint un débarquement anglo-saxon sur la façade Atlantique.

Il décide d’y renforcer sa défense en commandant la construction du Mur de l’Atlantique qui démarre en 1942. Long de 4.000 km avec 15.000 ouvrages (forteresses, batteries d’artillerie, installations de défense près des plages et obstacles sur les plages elles-mêmes) le Mur de l’Atlantique s’étend le long du littoral de la mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique.

Le débarquement, planifié dans le plus grand secret par les alliés britanniques et américains depuis 1942, est programmé pour 1944. En 1943 la décision est prise de l’organiser sur les côtes normandes et non sur celles du Pas-de-Calais. A aucun moment les Allemands n’envisagent la Normandie comme lieu de débarquement, la surprise est donc grande…

L’opération du Jour J porte le nom de code « Neptune » et est la première étape de « l’Opération Overlord », dont le but est de libérer l’Europe.

Les 3 étapes du D-Day, le 6 juin 1944

Le débarquement commence dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 avec le largage des troupes  aéroportées aux extrémités du secteur d’assaut: les Britanniques dans le secteur de Ranville (Sword, Juno et Gold Beach) et les Américains dans le secteur de Sainte Mère Eglise et Colleville (Utah et Omaha Beach).

Dans la même nuit en deuxième étape la Royal Air Force bombarde à partir de 3h du matin les artilleries allemandes de la zone d’assaut. Vers 5h45 à l’aube les 3000 bombardiers sont relayés par l’artillerie navale, qui ouvre le feu sur la cote.

Aux premières lueurs du jour les soldats allemands découvrent la mer recouverte de navires. Des milliers de péniches transportent des soldats, des véhicules, des chars s’approchant de la cote.

A partir de 6h30 les premières troupes d’assaut mettent pied sur 5 plages situées entre le lieu-dit La Madeleine (Cotentin) et Ouistreham (Calvados). D’abord sur Utah et Omaha Beach puis une heure plus tard, suite à la variation de la marée, sur Gold, Juno et Sword Beach.

À la fin de la journée le nombre de tués, blessés, disparus et prisonniers alliés s’élève à 10 500, le nombre de pertes allemandes à 10 000.

Les 5 plages d’assaut

UTAH BEACH

Utah Beach est l’une des deux plages de débarquement – Omaha Beach étant la deuxième – confiées aux Américains pour le Jour J.
Située entre Sainte-Marie-du-Mont et Quinéville et s’agissant de plage du débarquement la plus proche de Cherbourg, elle est choisie par les alliés afin de libérer Cherbourg et son port. Le but est d’avoir au plus vite un port en eau profonde pour le ravitaillement des troupes et pouvoir ainsi continuer la libération de la France et de l’Europe. La bataille de Cherbourg fut très dure avec des lourdes pertes de deux cotés et dura jusqu’au 27 juin.

Le musée d’Utah Beach, construit à l’endroit où ont débarqué les Américains, vous fait plonger dans l’histoire grâce à un parcours chronologique. Le musée expose un authentique bombardier B26 dont il ne reste que très peu d’exemplaires dans le monde entier.

OMAHA BEACH

Omaha Beach, située sur la commune de Colleville, est surnommée « Bloody Omaha » à cause des importantes pertes subies par les divisions américaines.  L’endroit n’est pas idéal pour un débarquement à cause des falaises hautes de plusieurs dizaines de mètres qui dominent la cote. L’échancrure devant Colleville reste la seule option pour avoir un lieu d’assaut supplémentaire  entre Utah et Gold Beach. Les bombardements aériens et navals dans la nuit ne sont pas très efficaces et laissent les défenses allemandes presque intactes. Les Allemands accueillent les assaillants sous un feu infernal; la plage se couvre sans cesse avec des cadavres et blessés. Après plusieurs heures monstrueuses la situation tourne finalement à l’avantage des Américains grâce à leurs efforts et leur courage : ils escaladent sur le plateau et attaquent les Allemands à revers.

Cimetière Américain
Sur la même commune se trouve le cimetière américain  qui surplombe la plage et accueille presque 9500 pierres tombales blanches parfaitement alignées sur le gazon vert. Vous y  vivrez un grand moment d’émotion en assistant la cérémonie des couleurs  (tous les jours du 16/09 au 15/04 à 16h00 et du 16/4 au 15/9 à 17h).

GOLD BEACH et ARROMANCHES

 

Ce secteur est confié aux Britanniques : 25.000 soldats y débarquent le 6 juin à 7h25.
Le débarquement à Gold et Juno a pour but de prendre Bayeux, fermer l’axe Bayeux-Caen aux Allemands et de rejoindre les Américains à Port-en-Bessin. Le soir du 6 juin 1944, une tête de pont – 9 km large et 9 km profond – est établie. La ville de Bayeux n’est pas encore libérée mais les Allemands l’ont déjà désertée. Le 7 juin en fin de matinée Bayeux est la première sous-préfecture française libérée ! Le 8 juin, Port-en-Bessin sert comme port pétrolier et le port artificiel Arromanches à l’ouest de Gold Beach est installé.

JUNO BEACH

Le secteur de Juno Beach, zone en fonds rocheux de 9 km entre Sword et Gold, est affecté aux Canadiens et aux Britanniques : 25.000 soldats y débarquent quelques minutes avant 8h avec 20 minutes de retard du fait de la mer agitée. Face à  une forte résistance allemande ils subissent de lourdes pertes pendant la première vague d’assaut. 2 heures plus tard les Canadiens réussissent à sécuriser les défenses allemandes afin de pouvoir avancer dans les terres et poursuivre les objectifs de la journée du 6 juin :
* s’emparer de l’aérodrome Carpiquet et avancer vers Caen
* atteindre la voie ferrée Caen-Bayeux
* faire jonction avec les troupes des secteurs de Sword et Gold Beach.

Ils n’y parviendront malheureusement pas ce jour là – Caen et Carpiquet sont toujours entre les mains de la Wehrmacht et les troupes alliées sur Sword restent pour l’instant inaccessibles. Mais ce sont les Canadiens qui avancent le 6 juin au plus loin dans les terres.

SWORD BEACH


Sword Beach, située entre Langrune-sur-Mer et Ouistreham, représente le flanc est de l’assaut en Normandie. Ce secteur est affecté aux Britanniques et Canadiens. Ils y rencontrent la défense allemande avec 500 mitrailleuses, 50 mortiers et 90 canons de divers calibres. Comme sur Gold et Juno Beach des soldats du génie ont la mission de dégager 20 minutes avant l’heure d’assaut, prévue à 7h30, des accès à la plage en bougeant des obstacles défensifs. 25 chars spéciaux débarquent avant la première vague de l’infanterie. Les assaillants avancent très lentement à cause de très nombreux défenses de plage et de tirs allemands soutenus. C’est seulement vers midi que la plage est suffisamment dégagée et des brèches sont ouvertes pour que les renforts puissent débarquer plus rapidement.
Au soir du 6 juin 1944 les troupes britanniques disposent à l’ouest de l’Orne d’une tête de pont profonde de près de 8 kilomètres. Ils sont à peine à 5 km de Caen. Mais cette bataille n’est pas encore gagnée….

La Bataille de Normandie

Cette énorme bataille en Basse Normandie dure 3 mois, beaucoup plus longtemps que prévu par les alliés. Juillet est le mois le plus noir de la bataille. Les Alliés rencontrent à Caen des divisions blindées allemandes et la ville sera seulement libérée le 19 juillet.

Les victimes civiles sont nombreuses, la population se protège des bombes et obus dans des carrières, des galeries de mines, des tranchées, des caves et beaucoup prennent la fuite vers le sud.

Début août, la contre-attaque de la Wehrmacht de Mortain est un échec, les troupes allemandes sont en partie vaincues, les rescapés menacés d’un encerclement, évacuent la Normandie, repassent la Seine et rebroussent chemin en direction de l’Allemagne.